Texte temporaire

Bientôt Noël...

Comme cadeau, on vous offre l'article dont vous rêvez. Répondez au sondage dans la barre latérale !

vendredi 30 mai 2014

Créer un PNJ crédible à l'arrache

- Je vais voir le barman, et je lui décris M. Lavictime, est-ce qu’il le connaissait ?
- Oui, il leur arrivait de papoter un peu ensemble au bar. M. Lavictime parlait essentiellement de ses problèmes conjugaux, c’est pour ne pas revoir trop vite sa femme le soir qu’il prenait quelques verres en sortant du bureau.
- OK. Je prends les coordonnées du barman sous prétexte de pouvoir lui poser de nouvelles questions. Comment s’appelle-t-il ?
- Euh… PNJ n°74 ?



Cette situation ne vous rappelle rien ? Même si votre meneur n’a pas le même humour que les miens, il lui est sans doute déjà arrivé de vous dire que le nom du PNJ (Personnage Non-Joueur) était sans importance, ou de réfléchir dans le vague avant de vous le donner au lieu de regarder son scénario. Dans tous les cas, vous avez pu en faire une déduction immédiate : ce personnage est mineur et vous pouvez l’oublier. En effet, ce n’est pas pour rien qu’on parle de scénario de jeu de rôle : on y trouve les mêmes grosses ficelles qu’à Hollywood - notamment que les personnages sans intérêt ne sont pas nommés. Sauf que vous, en tant que MJ (Meneur de Jeu), vous avez envie que vos joueurs partent sur de fausses pistes, ou bien tout simplement vous avez envie que leur immersion soit plus importante, et dans la vraie vie il n’y a pas de figurant. Alors, comment ne pas être pris au dépourvu quand vos joueurs s’intéressent à un PNJ posé pour le décor ? La technique, c’est de préparer l’improvisation.


La première des choses à faire pour ne pas être pris au dépourvu est d’avoir un nom sous la main. Comme j’écris mes scénarios sous traitement de texte et que je maîtrise avec le portable, je consulte directement un générateur aléatoire de nom de personnages (mon préféré est  http://www.gunof.net/) en faisant mine de chercher dans mon scénario. Un MJ préférant le papier pourra imprimer à l’avance une liste préparée de noms correspondant à l’univers prêts à l’emploi. Il faut penser à avoir des noms féminins dans la liste - la moitié de l’humanité étant de sexe féminin, il arrive parfois, même si c’est assez rare, qu’une d’entre elle puisse avoir un rôle important dans une œuvre de fiction qui ne soit pas une comédie romantique.
Ligue d'improvisation montréalaise - © Aude Vanlathem

Donner un nom qui semble sorti du scénario n’est pas toujours suffisant pour que notre improvisation ne soit pas repérée. En effet, les PNJ majeurs sont en général dotés d’une apparence physique. Il est préférable, là aussi, de préparer quelques descriptions à l’avance. Une manière très simple et rapide de faire passer son PNJ improvisé pour un personnage préparé est de lui donner un trait caractéristique : une balafre, l’appartenance à une minorité raciale, un gabarit inhabituel, une moustache, sa couleur de peau, le faire parler en bégayant…
Comparez ces deux phrases :
  • Il y a deux soldats qui gardent l’entrée du bâtiment. Ils vous laissent passer.
  • Il y a deux soldats devant l’entrée du bâtiment, l’un d’entre eux est roux. Quand vous passez devant eux, le rouquin vous observe attentivement.
L’impact de la seconde phrase sur les joueurs ne sera pas la même, il est fort probable qu’ils se méfieront de ce garde et s’attendront à le revoir plus tard dans la séance (et comme vous êtes un MJ qui aime surprendre, en fait, non). Cet effet est ajouté simplement en lui octroyant une couleur de cheveux et en le faisant réagir au passage des PJ. En utilisant cette astuce avec modération et en apprenant à jouer avec, il est aisé de dérouter ses joueurs et de leur faire croire que le PNJ auquel ils se sont intéressés était important.

Un dernier point qui peut enrichir un PNJ à l’arrache est de le doter d’un petit trait de background, comme une motivation, un détail de sa vie, une qualité ou un défaut. Ce tout petit quelque chose peut orienter le MJ pour faire réagir ce PNJ improvisé ou lui donner un sujet de conversation. Si notre barman ajoute qu’étant homosexuel il ne pouvait guère aider M. Lavictime dans ses problèmes de couple, les joueurs ne se douteront à aucun moment que l’interrogatoire du barman n’était pas prévue dans le scénario. Il n’existe pas à ma connaissance de générateur aléatoire de description physique ou de background. Un meneur qui n’est pas un as de l’improvisation peut, tout comme pour les noms, dresser une liste à l’avance et s’y reporter le cas échéant.

Une feuille préparée - © Yoda
Il est essentiel de garder une trace de ces PNJ improvisés. En effet, un joueur bluffé ne le reste plus quand il découvre que son meneur ne sait plus comment s’appelle le personnage (et donc que son nom n’était pas écrit dans le scénario). Si on a préparé une liste de noms avec un trait et une motivation associés, il est rapide d’écrire une note sur la ligne pour préciser à quelle occasion on a utilisé ce PNJ… de plus, cela évitera de faire l’erreur de le réutiliser !
Une technique en cas d’oubli consiste à, premièrement, redemander le nom à ses joueurs (sur le mode "Vous ne notez donc rien ?!”), puis, s’ils ne se souviennent pas du nom du PNJ, tenter le bluff en créant un nouveau nom à la volée. Ça peut marcher (surtout passé minuit), mais ce n’est pas garanti (bien entendu, les MJ de Warhammer ne sont pas concernés, l'impossibilité cérébrale pour tout francophone de retenir le moindre nom propre dans ce jeu étant amplement documentée et étayée par de nombreuses études scientifiques).

Si la technique exposée ici permet de ne plus sécher sur les PNJ, il ne faut pas perdre de vue que parfois, il peut aussi être utile de ne pas l’utiliser. Imaginez... Il est déjà minuit et vous avez promis à votre conjoint(e) d'être rentré(e) à deux heures au plus tard. Et là, vos joueurs proposent d'aller voir un PNJ que vous aviez vaguement mentionné sans le nommer et qui est sans rapport avec l'intrigue. Au moment où ils vous demandent son nom, vous regardez dans le vague et répondez : "Euh… On va dire qu’il s’appelle Michel.” Il est probable qu'avec un indice aussi flagrant donné aux joueurs, les personnages ne s'attarderont pas trop sur le cas de Michel...

Yoda

Ces articles vous intéresseront peut-être :
Créer le background de son personnage à l'aide de questions
Les actions de groupe
L'Apocalypse pour les nuls

3 commentaires:

  1. Généralement, à nos tables, les PNJ sans importance s'appellent Bob. :)

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant cette idée de générateur de personnage. Je me penche sur la création d'un générateur de physique et bg, mais je manque d'inspiration. Si tu as des idée Flo ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire, quand j'ai préparé cet article, j'ai commencé à réfléchir à un générateur sous forme de fiche avec des dés à lancer... Mais j'ai vite trouvé ça assez compliqué, parce qu'il n'y a pas le même nombre d'options pour la couleur des cheveux que pour la forme du nez, et qu'on tombe vite sur des caractéristiques dépendantes de l'univers.
      Si tu penses à un générateur par informatique, on n'a plus le même genre de limitation (on s'en fiche si on lance un dé différent selon le premier résultat obtenu), et ça peut être intéressant. Mais on a toujours le problème du générique/spécifique, il faudrait peut-être comme gunof proposer plusieurs générateurs, un par type d'univers.

      Supprimer